ÇA ARRIVE À TOUT LE MONDE

FRÉDÉRIC TERRIEN

Denis, 54 ans, est déconcerté par le cours de sa vie. Râleur impénitent, il marche sur un fil : son fragile business, des revenus à ras de terre, le vide sidéral dans sa vie amoureuse, des rêves de Grand Chambardement, ou à défaut, de seins voluptueux. Le rock est son énergie.

Sophie, 39 ans. Vendre des assurances, écouter sa musique, regarder la télé, boire du Martini Schweppes, manger des nems, aller seule à des concerts, dire non à toutes les suppliques masculines, se faire jolie pour personne, ne pas penser à l’autobus. Le rock est son refuge.

Et puis un matin Denis heurte Sophie devant chez elle, télescopage fortuit, pied écrasé, regard noir, « Désolée » poli, deux secondes et leurs chemins se séparent, oublier et passer à autre chose, comme toujours.

Pourtant, plus tard, elle finira par reconnaître « qu’il m’a bien plu le grand flandrin avec son teint bistre », et regrettera qu’il n’ait pas tenté sa chance comme tant d’autres, tandis que lui sera déjà « parti vers l’éther, particule très élémentaire, boson de la félicité, quark de la béatitude, fermion du sourire idiot, lepton du crétin amoureux », et redoutera que le souvenir de cette fée ne le hante à jamais.

Et alors tout s’emballera de façon frénétique, au gré d’une longue suite de hasards à l’issue incertaine, comme une balle de tennis qui heurte le haut du filet et ne sait pas de quel côté retomber. Dans le fond c’est ce dont ils rêvaient, qu’il leur arrive enfin quelque chose.

« Ça arrive à tout le monde » l’histoire de deux âmes un peu perdues, secouées par une avalanche d’imprévus qui leur font croire que les astres se sont enfin alignés. D’étranges coïncidences en situations saugrenues, ils deviennent, sans le savoir, les acteurs communs à deux histoires parallèles, qui, au contraire des droites, finiront par se croiser.

Une plongée aigre-douce et farfelue, rock’n’roll et émouvante, vers une même inconnue, et les étoiles.

Acheter le livre sur